L'écran crevé


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie C’est la guerre.

LINCOLN ***

De Steven SpielbergLINCOLN   *** dans 3 étoiles *** 202446111.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx1-225x300

 

Après 4 longues années de guerre civile qui ont divisé des États autrefois unis, et alors que celle-ci touche à sa fin, Abraham Lincoln va se lancer dans une nouvelle bataille, probablement la plus difficile. Son but, faire adopter par le Congrès le 13ème amendement, qui stipule que l’esclavage est désormais hors-la-loi. Les derniers mois tumultueux du 16ème président américain qui va devoir faire preuve de clairvoyance, de courage, de sagesse et surtout de beaucoup de détermination pour voir le succès d’une entreprise qui écrira une nouvelle page de l’Histoire.

Pour ce projet dont la genèse remonte à plusieurs années, Spielberg s’est entouré de grands noms auxquels il a souvent été associé. Janusz Kaminski, toujours présent à la photographie, Tony Kushner, scénariste, entre autres, de Munich, ou le désormais célèbre compositeur John Williams constituent ainsi une équipe technique de talent, très cohérente.

Ces mêmes qualités, on les retrouve également face à la caméra, au sein d’un casting hors-pair, presque intégralement irréprochable, sur lequel trône un Daniel Day Lewis dont la prestation ne saurait être réduite par des mots. Dans son interprétation, l’acteur  s’approprie tous les « clichés » que l’on connaît de Lincoln (sa barbe, sa démarche, son chapeau haut-de-forme…) pour les faire sien, et livrer une performance dont on ré-entendra probablement parler.

Biopic doublé d’un film historique, Lincoln part donc du bon pied. En choisissant non pas l’hagiographie de son héros, mais une sorte de distance historique et respectueuse, le film permet de voir le mythe se fissurer, d’en apercevoir les craquelures et les faiblesses. C’est ce qui rend les situations et le personnage à la fois intimes et si impressionnants. Au-delà, la densité scénaristique combinée à l’importance historique capitale font de Lincoln un film qui, encore (et surtout ! ) aujourd’hui, propose une grande réflexion sur la loi et l’humanisme.

20441812.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-200x300 biopic dans C'est la guerre

Barbe in the USA ?

Derrière de tels enjeux, il est surprenant de voir à quel point la mise en scène (ainsi que la photographie et les décors, superbes) de Spielberg, définitivement l’un des cinéastes les plus importants de notre époque, s’efface et met en valeur l’histoire elle-même, entre joutes verbales intenses et monologues vertigineux. On oublie vite ainsi le fait que le cinéaste semble moins à son aise ici que dans les grandes épopées à l’action épique, ou que la musique soit par moment un peu hyperbolique, pour finalement ne retenir que le meilleur. Lincoln est un beau film, à la fois grand et sinueux, qui s’interroge sur la valeur des sacrifices, autour d’un  personnage qui mérite (plutôt que de devoir tuer des vampires…) bien un vrai moment de cinéma. 

 

Drame, Biopic. 2 h 29. États-Unis, Inde.

Date de sortie : 29 janvier 2013.

Scénario : Tony Kushner.

Photographie : Janusz Kaminski.

Musique : John Williams.

Interprètes : 

Daniel Day Lewis (Abraham Lincoln),

Sally Field (Mary Todd Lincoln),

David Strathaim (William Seward),

Tommy Lee Jones (Thaddeus Stevens)…


ARGO ****

De Ben Affleck.ARGO   **** dans 4 étoiles **** 20273151.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-225x300

 

4 novembre 1979. La révolution iranienne est à son paroxysme. À Téhéran, les militants prennent d’assaut l’ambassade américaine, et prennent en otage tout le personnel, créant un conflit international. Mais au milieu de ce chaos, six américains parviennent à s’échapper et trouvent refuge auprès de l’ambassadeur canadien. Afin de faire sortir discrètement du pays ces « invités » en grand danger, la CIA utilise son dernier atout, un spécialiste de « l’exfiltration ». Argo  raconte l’histoire, vraie, de son plan risqué, si incroyable qu’il ne pourrait exister… qu’au cinéma.

Acteur à midinette rapidement évincé par Hollywood vers la fin des années 90, Ben  Affleck est revenu sur le devant de la scène en choisissant intelligemment ses rôles et en réalisant coup sur coup deux très bons longs métrages, Gone Baby Gone (2007), et The Town (2010). Jamais deux sans trois, avec Argo, thriller historique bourré à la fois d’humour et de suspens, l’acteur réalisateur prouve qu’il n’a pas volé sa place… et que l’on a pas fini d’entendre parler de lui.

20280112.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-300x200 Affleck dans C'est la guerre
Rien à déclarer ?

Grâce à une histoire simplement incroyable, légèrement remaniée pour les besoin de l’adaptation, Argo renvoie le spectateur au crépuscule des années 70. On distingue trois parties dans le film, tout d’abord une reconstitution oppressante de la révolte des militants iraniens, sans jugement mais avec une verve étourdissante. Dans un second temps, le plan se met en place dans une satire comique de l’univers d’Hollywood, imaginant un faux film dont l’équipe technique serait en fait les américains à extrader. Enfin, vient la mission en elle-même, réservant quelques scènes de suspens des plus captivantes.

En jouant avec brio sur l’absurdité de la situation grâce à un humour qui aide à souffler entre les moments forts de tension, la mise en scène se met au service du scénario. Le plaisir est encore renforcé grâce à des seconds rôles au diapason (Bryan Cranston, John Goodman et Alan Arkin, impériaux), qui donnent la réplique à Affleck lui-même, bien plus convaincant que lorsqu’il sauve le monde dans un film à gros budget…

20199908.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-300x148 Argo dans Espions et espionnage

Ben Affleck, un gars au poil.

Autre élément qui fait suffisamment plaisir pour être souligné, Argo a le bon goût d’être un film américain qui met en avant la CIA sans pour autant tomber dans la bête flatterie des « grands et puissants États-Unis ». Pas de politique ni de jugement donc, on nous y montre avant tout des personnes qui font de leur mieux malgré des institutions en désordre. Avec son « film dans le film », Argo est intelligent, roublard et enthousiasmant. Du cinéma comme on aimerait en voir plus souvent !

 

États-Unis. Thriller, Drame. 1 h 59.

Date de sortie : 7 novembre 2012.

Réalisation : Ben Affleck.

Scénario : Chris Terrio.

Musique : Alexandre Desplat.

Interprètes :

Ben Affleck (Tony Mendez),

Bryan Cranston (Jack O’Donnell),

John Goodman (John Chambers)

Alan Arkin (Lester Siegel)…


yerlifilmizle |
bellebabystar11 |
Thewalterblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A'bou Hartmann
| Leslapinsdelisa
| Cinedays