L'écran crevé



20 ANS D’ECART **

de David Moreau20 ANS D'ECART  ** dans 2 étoiles ** affiche-20-ans-decart-225x300

 

Pour son travail au sein du très branché magazine féminin « Rebelle », la pointilleuse Alice Lantins a tout sacrifié, aussi bien sa vie de famille et ses relations sociales que sa vie de femme. Seulement, à 38 ans, au lieu de la récompenser de ses années de dur labeur en la nommant rédactrice en chef, son patron excentrique lui fait comprendre que ce qui manque en elle, c’est justement cette étincelle et ce côté « rebelle ». Un concours de circonstance va faire qu’Alice rencontrera Balthazar, un étudiant de 20 ans. Pour paraître branchée aux yeux de tous, Alice va alors s’inventer une liaison, avec au hasard… Balthazar !

Pas franchement compliqué de deviner ce qui arrivera dans 20 ans d’écart qui profite allègrement de la vague d’intérêt pour le phénomène dont on parle un peu partout des cougars et des toys-boys (des femmes d’âge mûr entretenant des relations avec de jeunes hommes). Sans vous gâcher le plaisir car il ne réside pas dans le scénario, les deux protagonistes vont ici se tourner autour, se plaire. Elle va mentir, il va tomber amoureux, ils vont se séparer… et cela  va continuer jusqu’à ce qu’enfin tous les violons s’accordent.

Rien de franchement révolutionnaire jusqu’ici, admettons-le. Pourtant, la comédie de David Moreau surprend sur beaucoup d’autres points. Dans son aspect formel tout d’abord, où le cinéaste plus habitué aux thrillers horrifiques (Ils et the Eye, réalisés avec Xavier Palud) offre un film d’une facture largement au-dessus des normes du genre, qui sont malheureusement souvent peu exigeantes. La lumière et les cadrages sont soignés, et si l’on oublie ce besoin de vulgariser la femme lorsqu’elle accepte enfin d’assumer sa sexualité, 20 ans d’écart parvient à garder son bon goût, tout en offrant quelques pieds-de-nez décalés et drôles à propos des mœurs « changeantes » de notre époque. Pour ne citer que lui, le père de Balthazar, excellent Charles Berling, qui aime lui les femmes jeunes, demande par exemple à son fils de regarder une ancienne camarade de classe en tant que « sa nouvelle maman ». Plus loin, Alice défendra son statut de « milf » (Mother I’d like to fuck…), généralisant une expression issue du monde des sites pornographiques qui classent les femmes par catégorie… autant de points souvent ironiques, assez futés, qui donnent à rire, et pourquoi pas à réfléchir…

photo-20-ans-decart-300x200 âge dans C'est français !

Virginie Efira et Pierre Niney tentent le grand écart...

Si l’ouverture du film laisse sceptique, de même que la fin qui souffre de son écriture beaucoup trop calibrée, on regarde tout de même avec plaisir le divertissement offert par l’heure « centrale » du film, où dialogues situations et personnages secondaires sont au diapason. On retiendra enfin et surtout le charme évident du duo formé par Virginie Efira qui montre désormais qu’elle peut être la tête d’affiche d’un long métrage et non pas simplement l’ancienne présentatrice télé jolie, et par le talentueux Pierre Niney qui confirme que malgré 20 ans d’écart, la valeur n’attend point le nombre des années. Lui minaude, plein de bagout, et elle se montre aussi drôle que glamour. Face à la caméra, tous les deux donnent énormément. Peu importe que l’on ne croie pas vraiment à leur histoire, l’alchimie fait plaisir à voir. Au final, on passe un bon moment, pas besoin de demander beaucoup plus à cette gentille comédie qui reste globalement une bonne surprise. Le cahier des charges est rempli, dommage seulement qu’il y manque un petit grain de folie.

France. Comédie romantique. 1 h 32.

Date de sortie : 6 mars 2013.

Scénario : David Moreau, Amro Hamzawi.

Musique : Guillaume Roussel.

Interprètes :

Virginie Efira (Alice Lantins),

Pierre Niney (Balthazar Apfel),

Gilles Cohen (Vincent Khan),

Charles Berling (Luc Apfel)…


Laisser un commentaire

yerlifilmizle |
bellebabystar11 |
Thewalterblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A'bou Hartmann
| Leslapinsdelisa
| Cinedays