L'écran crevé



RENGAINE ***

De Rachid Djaïdani.RENGAINE  *** dans 3 étoiles *** 20288726.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-225x300

De nos jours à Paris, Dorcy et Sabrina filent le parfait amour, et projettent de se marier. Seulement voilà, Sabrina est d’origine algérienne, Dorcy est chrétien… et noir. Ce mariage plein d’insouciance va réveiller les ardeurs des deux communautés. Menés par Slimane, l’aîné,  bien décidé à mettre à bas cette union, la règle est claire pour les quarante frères de la jeune maghrébine : Pas de mariage entre Noirs et Arabes.

Il aura fallu 9 ans à l’écrivain, ancien boxeur acteur et réalisateur Rachid Djaïdani pour achever cette Rengaine. Projet plein d’une énergie débraillée faite de bric et de broc, tourné à la dérobé dans les rues de Paris, sans financement ni « officialisation » particulière… Une Rengaine surprenante donc, repérée pour la sélection de la quinzaine des réalisateurs du dernier Festival de Cannes, projetée aujourd’hui sur près de quarante écrans français.

La vision du cinéaste est sombre, réaliste, ancrée dans l’univers de ces fameuses « minorités » laissées à l’écart d’une société pressée. En abordant le sujet du racisme communautaire au plus près de ses personnages (au sens propre comme au figuré), le cinéaste prend le spectateur de force, dans un exercice parfois oppressant. Heureusement, ce pessimisme est ponctué par un humour roublard qui permet de rire de situations absurdes et désespérantes. L’exemple le plus évident est cette fratrie tentaculaire de quarante frères (!), indistincts mais tous différents, tantôt drôles ou franchement inquiétants, réunis autour de Slimane, le « grand frère ». Le visage plus buriné que jamais, Slimane Dazi offre une performance d’une grande force que l’on est pas près d’oublier.

20091147.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-20120425_043300-300x168 amour dans C'est français !

Slimane Dazi : Touche pas à ma soeur !

Quelques défauts viennent cependant nous déranger. Au cours de ses déambulations urbaines, on se demande parfois où mène l’errance de Rengaine qui, malgré un format court, semble parfois bien long. Certaines scènes intercalées sont plus un poids qu’une parenthèse poétique… Impossible également de ne pas remarquer ces gros plans sur les visages, l’effet est beau, mais trop souvent il semble masquer les lieux alentours, ou pire, le jeu des acteurs, pas toujours très inspiré.

Toutefois, le film, bien plus un manifeste pour une prise de conscience que le récit d’une histoire d’amour à la Roméo et Juliette, tire son épingle du jeu car il en dit beaucoup plus sur le racisme d’aujourd’hui que de nombreux essais à la réflexion prémâchée et au discours habituel de « l’amour n’a pas de frontières ». Les personnages y sont finalement secondaires et servent un film malin, qui brille par son format, ses procédés habiles ou le regard nouveau qu’il porte sur notre époque. Un peu de culot et moins de tabous et de préjugés, ça ne fait pas de mal !

 

Comédie dramatique. 1 h 15. France.

Date de sortie : 14 novembre 2012.

Scénario, photographie et montage : Rachid Djaïdani.

Interprètes : 

Slimane Dazi (Slimane),

Sabrina Hamida (Sabrina),

Stéphane Soo Mongo (Dorcy),

Nina Morato (Nina)…


Laisser un commentaire

yerlifilmizle |
bellebabystar11 |
Thewalterblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A'bou Hartmann
| Leslapinsdelisa
| Cinedays