L'écran crevé


« | Accueil | »

JUSQU’À CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SEPARE ***

De Lorene Scafaria.JUSQU'À CE QUE LA FIN DU MONDE NOUS SEPARE  *** dans 3 étoiles *** 20135951.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120612_020835-225x300

 

Un astéroïde va bientôt s’écraser sur Terre, mettant fin à tout espoir pour l’humanité. Un mois avant l’apocalypse, la femme de Dodge le quitte. Ce vendeur d’assurance pas franchement heureux, choisit alors de partir à la recherche de son amour d’enfance. Dans son périple, il entraîne Penny, sa voisine délurée qui rêve de rentrer en Angleterre pour finir ses jours auprès de sa famille…

La première réalisation de Lorene Scafaria est bien audacieuse. La scénariste du gentil Une nuit à New York choisit ici de mettre en scène la fin des temps de Monsieur Tout-le-Monde. On oublie les actes héroïques des héros d’Armageddon, ou encore l’esthétique exacerbée du Melancholia de Lars Von Trier. Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare est une fable romantique sur fond d’apocalypse, étrangement bien plus « réaliste » que nombre de ses prédécesseurs.

20136283.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120612_045056-300x199 amour dans Les histoires d'amour finissent sur la toile... en général.

Steve Carell attend l'apocalypse

Ici, Scafaria joue avec les contraires et les asymétries. Les situations sont connues, mais en constant décalage, à commencer par le couple formé par les deux héros (Dont un Steve Carell excellent). Impensable, impossible, d’unir la précieuse anglaise et le clown blanc américain… et pourtant, on finit par croire en ce duo bien touchant.  Autour d’eux, plus rien n’a d’importance, puisque tout est déjà fini. Le film sacrifie donc sans gêne situations, personnages et enjeux au profit d’une rencontre unique, capable de changer tout ce qui reste d’une vie, au son d’une chouette bande-son pop-rock bien rythmée.

Dans cette ambiance à la fois crépusculaire et euphorisante pour la « libération » qu’elle offre, on pense au très bon les Derniers  jours du monde des frères Larrieu, et où, comme chez Scafaria, le contexte n’écrase pas les personnages et restes une toile de fond aux rapports humains. Faisant de ses clichés des situations originales, cette fin du monde triste et lumineuse à la fois mérite votre attention… au moins jusqu’à fin 2012 ?

20161836.JPG-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx-199x300 apocalypse dans On rit ou on pleure ?

Profitez bien du pauvre William Petersen... un "expert" en fin du monde.

USA. Comédie dramatique. 1 h 34

Sortie française : 8 août 2012.

Scénario : Lorene Scafaria.

Photographie : Tim Orr.

Interprètes : 

Steve Carell (Dodge),

Keira Knightley (Penny),

Martin Sheen (Frank)…


  1. maillot Falcao 2014 écrit:

    Hi, I log on to your blog daily. Your humoristic style is witty, keep doing what you’re doing!
    maillot Falcao 2014 http://www.shdyeing.com/data/payment/maillot-Falcao-2014.html

    Citer | Posté 17 août 2014, 5 h 01 min

    Répondre

Laisser un commentaire

yerlifilmizle |
bellebabystar11 |
Thewalterblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A'bou Hartmann
| Leslapinsdelisa
| Cinedays