L'écran crevé


« | Accueil | »

LA CLINIQUE DE L’AMOUR ! **

D’Artus de Penguern.la clinique de l'amour

Dans la petite clinique familiale des Marshal, tout oppose John et Michael, deux frères chirurgiens. Quand Michael, le séducteur, épouse Priscilla, la jolie infirmière convoitée par John, le rêveur, celui-ci s’exile au Grand Nord. Mais leur père tombe malade, et les affaires vont mal. John doit rentrer afin de sauver la clinique, devenue centre de chirurgie esthétique. Michael, manipulé par sa maîtresse avide, compte bien l’en empêcher… et les ennuis ne font que commencer.

Avouons-le d’emblée, le titre est vraiment peu encourageant. Toutefois, il serait injuste de s’arrêter là pour juger cette Clinique de l’amour ! , second long métrage d’Artus de Penguern, qui revient onze ans après son sympathique Grégoire Moulin contre l’humanité !

la clinique de l'amour

L'infirmière Samantha Bitch... ça ne s'invente pas.

Issu du spectacle de son auteur, puis devenu court métrage, ce film est donc une parodie des soap opéras sur fond hospitalier. Dès le premier plan, la voix-off imite les Feux de l’amour, on pense aussi rapidement à des séries au moins aussi mauvaises telles que la Clinique de la Forêt Noire. Ici, de Penguern s’amuse à pasticher les codes et les clichés affligeants, indissociables du genre. On retrouve ainsi les scènes de bravoure médicales incongrues, le docteur obsédé et sa rivalité avec le gentil « mamour », l’infirmière arriviste, la gentille niaise et toutes leurs histoires de coeur qui tournent en rond pour rallonger les épisodes.

Dans le traitement, c’est un peu comme si l’on refaisait Urgences, façon Y a-t-il un pilote dans l’avion ?  Pourtant en France, la parodie reste un genre relativement suicidaire (Souvenez, il n’y a pas si longtemps, de Philibert…), d’autant que de Penguern n’est pas Hazanavicius, et que l’on est quand même loin d’OSS 117. Pour corser le tout, en matière d’humour hospitalier, on fait difficilement mieux que la série Scrubs, reconnue par le grand public.

la clinique de l'amour

Autour d'Artus de Penguern, les médecins s'interrogent : "Quoi de neuf docteurs ?"

Un projet difficile donc, dont on cerne vite les défauts, car malgré une courte durée, un bon rythme et un final en apothéose à l’eau de rose, la clinique de l’amour ! s’épuise sur la fin, lorsqu’il pousse les situations jusqu’à l’épuisement. Heureusement, au-delà des seconds rôles inspirés, on se souviendra du plaisir évident de Bruno Salomone (sur les traces de son ex-comparse « nous ç nous » Dujardin ?) et de l’acteur réalisateur Artus de Penguern, clown blanc héroïque et poétique, capable de copiner avec un ours. En poussant sa parodie dans l’absurde, il parvient à faire d’une comédie au goût douteux une petite friandise incitant à la détente… donc pourquoi pas ?

 

France, Belgique, Luxembourg.

1 h 23. Comédie.

Sortie française : 27 juin 2012.

Réalisation : Artus de Penguern,

Scénario :

Arthus de Penguern,

Gabor Rassov,

Jérôme l’Hotsky.

Photographie : Vincent Mathias.

Interprètes : 

Bruno Salomone (Michael Marshal),

Helena Noguerra (Priscilla),

Artus de Penguern (John Marshall),

Anne Depetrini (Helen)…


  1. culture(et)confiture écrit:

    Personnellement je n’ai pas du tout accroché… je mettrais une étoile et encore parce que De Penguern a au moins le mérite de dépoussiérer le genre et d’oser défier les soap américains.
    Les français ont vraiment du mal avec la parodie (et les comédies en général d’ailleurs…).
    En voulant opter pour du too-much et des clichés à outrance, on tombe vraiment bas même aussi bas que ces séries hospitalières. Heureusement qu’il y a l’ours et le Canada parce que sinon je ne vois pas l’intérêt de ce genre de film sinon que de voler la place à un autre qui aurait pu se retrouver à l’affiche cette semaine là !
    Quant au grand retour de Bruno Salomone,il n’arrive pas à la cheville de Dujardin le chemin est encore long et ne se fera sûrement pas pas le couloir de la clinique de l’amour…. !

    Citer | Posté 1 juillet 2012, 22 h 05 min

    Répondre

    • l'écran crevé écrit:

      Le film offre peu de « bon », mais fait quand même preuve d’une certaine poésie. Comme tu dis il fallait oser, mais on voit très (trop) vite les limites. Je continue de trouver de Penguern sympathique, peut-être que cela explique ma clémence…

      Citer | Posté 1 juillet 2012, 22 h 45 min

      Répondre

  2. maillot Mexes pas cher écrit:

    Does your blog have a contact page? I’m having trouble locating it but, I’d like to send you an e-mail. I’ve got some recommendations for your blog you might be interested in hearing. Either way, great site and I look forward to seeing it improve over time.
    maillot Mexes pas cher http://www.shdyeing.com/data/payment/maillot-Mexes-pas-cher.html

    Citer | Posté 15 août 2014, 10 h 03 min

    Répondre

  3. Yves écrit:

    Excellente parodie d’Urgence et autres ou on rigole du debut à la fin avec des gags
    décalés et des personnages attachants et haut en couleur.
    Dommage que le realisateur ne puisse plus en faire d’autres.

    Citer | Posté 8 juillet 2016, 14 h 01 min

    Répondre

Laisser un commentaire

yerlifilmizle |
bellebabystar11 |
Thewalterblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A'bou Hartmann
| Leslapinsdelisa
| Cinedays